Poser des actes et actions ensemble

Voici une rubrique qui va détailler quelques exemples d’actes posés ensemble pour avoir un impact social et législatif :

  • une boutique solidaire tenue par des élèves dans un collège où tout est gratuit !
  • Des gilets jaunes réclament à des maires des terrains pour produire des légumes et les distribuer aux plus démunis…
  • Quelques initiatives pour lutter contre les violences conjugales
  • Comment donner accès à l’art aux enfants du monde entier grâce à « Humanity »
  • Des femmes se regroupent, étudient le droit pour condamner leurs bourreaux

Une boutique solidaire tenue par des élèves dans un collège où tous les articles sont gratuits :

Encore une fois une idée géniale de lutter contre les inégalités sociales ! Cela se passe dans au collège « Le Savouret », dans la commune de Saint-Marcellin où sont proposés des vêtements gratuits pour tous leurs élèves. Cette idée à été initiée par la conseillère principale d’éducation lorsqu’elle a vu une élève n’ayant pas les moyens de se payer un manteau. « Ce fut un déclic » dit-elle.

En plus de tous les avantages de cette idée, cela permet même de redonner confiance à la classe de « ULIS » (classe accueillant des élèves souffrant d’un léger handicap) qui s’occupe d’entretenir la boutique. Expérience idéale pour apprendre la solidarité, l’esprit d’équipe, l’écologie, le handicap…

Un gilet jaune réclame un terrain pour faire un potager, distribuer la production aux plus démunis et apprendre aux jeunes à s’en occuper :

Résultat de recherche d'images pour "Un gilet jaune de Sorgues demande aux mairies de fournir des terrains pour y installer des potagers"Alors que le mouvement des gilets jaunes bat son plein en France, France Bleu Vaucluse parle d’une initiative originale de l’un d’entre eux qui, à Sorgues, toque à la porte de Mairies pour disposer de terrains pour faire pousser (collectivement par de nombreux gilets jaunes) des fruits et des légumes, les redistribuer aux familles les plus nécessiteuses et apprendre également aux jeunes à s’occuper.

Force est de constater que les ronds-points où sont installés les gilets jaunes sont de véritables « pépinières d’idées » dont il faut s’inspirer !

Quelques initiatives pour lutter contre les violences conjugales :

En 2016 en France, il y a eu 123 femmes tuées par leur partenaire ou ex-partenaire (4 femmes sur 5 ne portent pas plainte…), soit une femme tous les 3 jours et 34 hommes ont subi le même sort.

Ces violences physiques ou sexuelles au sein du domicile (225 000 victimes déclarées sur une année : femmes, hommes et enfants) sont toujours aussi nombreuses. Cette vidéo émouvante a été produite par une association américaine, le Centre national contre les violences domestiques pour sensibiliser le public à cet état de fait. Elle met donc en scène deux danseurs afin d’exprimer et de montrer à travers la danse et des mouvements toute la douleur et l’horreur que vivent ces femmes victimes de violences conjugales (Si vous êtes victime ou témoin de violence conjugale. N’hésitez pas : appelez le 3919).

Le projet « Humanity » pour donner accès à l’art aux enfants du monde entier en difficulté sociale :

Le projet Humanity a été mis en oeuvre par l’association Mômes du Monde.

Le but est d’initier, d’enseigner l’art aux enfants en difficulté sociale à travers le monde qu’il s’agisse de musique, peinture, dessin… pour que ces enfants que l’on entend jamais arrivent à exprimer leur réalité, des « rêves les plus doux aux vérités les plus poignantes ».

Il s’agit de dépeindre l’humanité, d’en réaliser

une fresque grâce à la richesse que constituent tous ces regards poignants, innocents et tous ces témoignages vrais, simples pour en saisir toute la diversité…

Humanity, comme ils l’expliquent eux-mêmes, va « à la rencontre de tous ces mômes dans un grand voyage autour du globe. Ce voyage sera l’occasion d’explorer les réalités de l’enfance défavorisée par le biais d’activités ludiques et créatives, chères à l’association. L’équipe de bénévoles offrira tout son cœur pour partager des moments de bonheur et en rapporter un témoignage artistique aussi sincère que possible » et ce, en deux temps, à travers le voyage d’une part mais aussi, d’autre part, grâce aux témoignages qui permettront de réaliser des expositions, livres, albums, films documentaires qui deviendront de formidables outils pédagogiques à diffuser au plus grand nombre (écoles, cinémas, centres culturels, festivals…).

Des femmes se regroupent, étudient le droit pour condamner leurs bourreaux en Inde :

Voici un pays immense où la justice a bien du mal à être efficace… On estime (chiffres de l’UNICEF en 2009) qu’il aurait, annuellement, pas moins de 1 200 000 enfants victimes de traite ou d’exploitation sexuelles dans le monde. L’Inde est un vivier important de ce trafic où les cas de condamnation sont très faibles (d’après Free A Girl, par manque de preuves, d’avocats et de juges spécialisés, seulement 55 cas avérés et condamnés en 2015 d’exploitation sexuelle de mineurs).

Ainsi, pour faire changer cet état de fait, pour rompre ce silence, une école en Inde a été créée en 2015 (partenariats entre Free A Girl et des écoles présentes sur place) afin de former des jeunes femmes qui ont subi ces violences. Leur but : faire condamner leurs bourreaux après avoir été vendues et forcées de travailler dans la rue ou dans des maisons closes.

Ce sujet est loin de faire la une des journaux et pourtant, les violences auprès des populations les plus jeunes marquent ou détruisent à jamais la vie de ces jeunes enfants. Excellente initiative.