Aider socialement et solidairement

Beaucoup d’initiatives fleurissent un peu partout ou sont réinventées afin de rapprocher les gens, les unir, recréer des liens, aider autrui, exprimer une extraordinaire solidarité…

Quelques exemples pêle-mêle :

  • Aider les enfants défavorisés à partir en vacances
  • Réaliser les vœux d’enfants gravement malades
  • Une nouvelle façon de faire du covoiturage…
  • Une baraque à frites sert gratuitement des SFD le soir de Noël !
  • Quelques initiatives pour aider les sans-abri…
  • Un patron qui renonce à 4 millions € en offrant son entreprise à ses salariés !
  • Le Carillon : un réseau de commerçants créée pour soutenir et aider les SDF en journée,

Aider les enfants défavorisés à partir en vacances :

Evasoleil est une association qui permet aux enfants de toutes les classes sociales de se retrouver pour créer une mini-société, où chaque colon pourra choisir ses activités lui-même et s’organiser pour régler les tâches quotidiennes et les conflits.

Mais depuis 2016, l’association met l’accent sur la possibilité d’accueillir quelques enfants issus de classes sociales très défavorisées et qui n’ont pas la possibilité de partir en vacances ou d’accéder à la culture, à des clubs sportifs… Ainsi, ce sont 2 enfants en 2017 et 4 enfants en 2018 en situation d’extrême pauvreté qui ont pu bénéficier de vacances bien méritées.

Evasoleil s’est aussi associé avec le moteur de recherche Lilo qui verse une part de ses recettes à des associations luttant contre la société, l’éducation, la santé et l’environnement pour financer ce projet. (gains de 3 850 euros pour le projet « la colo enjeu pour la société »).

Présentation des particularités d’organisation d’Evasoleil :

Réaliser les vœux d’enfants gravement malades :

« Make-A-Wish » est une association basée aux États-Unis, située dans 47 pays au monde et qui a pour but de réaliser les vœux d’enfants gravement malades (de 2 ans à 18 ans). Grâce à des dons et à des appuis financiers de particuliers et d’entreprises, ce sont plus de 400 000 vœux qui ont été organisés dans le monde et, depuis 2005, 129 moments de bonheur uniquement en France grâce à une équipe répartie en 6 comités et 7 antennes (Bordeaux, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Paris et Strasbourg).

Une nouvelle façon de faire du covoiturage qui nous vient d’Allemagne :

Quotidiennement, nous utilisons bien trop souvent la voiture, qu’il s’agisse de courts ou de longs trajets avec toutes les conséquences néfastes que cela engendre… Pour créer des liens entre habitants et diminuer l’impact de la pollution, les Allemands ont trouvé une nouvelle façon de faire du covoiturage comme on peut le voir dans cette vidéo : la personne désirant voyager indique à l’aide d’un panneau l’endroit où elle souhaite se rendre, et n’a plus qu’attendre qu’un automobiliste qui va dans cette direction veuille bien la prendre ! Génial pour créer des liens sociaux et générer de la solidarité.

Pour redonner un sens à Noël, chaque année, le jour de Noël, Mélanie ouvre sa baraque à frites :

Mélanie offre depuis quatre ans la frite de Noël aux SDF lillois. Photo archivesDepuis 2013, à Armentières près de Lille, Mélanie offre gratuitement et chaleureusement des frites aux nécessiteux en leur redonnant espoir et un sens au réveillon.

Un geste simple et généreux : c’est environ pas moins de 350 repas offerts en une soirée !

 

Quelques initiatives pour aider les sans-abri :

Exemple 1. Exemple avec ce prospère agent immobilier nommé Jean-Pierre BOUDHAR qui n’a pas oublié qu’il a connu des moments très difficiles dans sa vie et qui a décidé, depuis une quinzaine d’années, d’aider des personnes dans la rue. Il est à la tête de six agences immobilières dans la métropole lilloise et héberge des SDF dans ses appartements ! Ces derniers ne payent que 80 € à 92€/mois pour un petit studio (15 m2) en sachant que le coût global (320€) est assuré par des aides locatives tels que le RSA.

Explications détaillées dans ce reportage :

Et il est vrai qu’il y a du travail dans ce domaine car, de nos jours, plus de 140 000 personnes de tous les âges sont sans domicile fixe en France… et on recense plus de 3 millions de mal-logés vivant dans des mobiles-homes, caravanes, tentes… Comment dans ce cadre, retrouver dignité, espoir, travail, ambition ? C’est pour cela d’ailleurs que le journal « La Croix » en publiant en 2016 les noms et prénoms des 501 SDF morts en France a voulu leur rendre un brillant hommage qu’ils soient morts de froid, d’agression, d’accident ou de suicide. En fait, un cimetière temporaire a été mis en place le 21 mars place du Palais-Royal à Paris, dans le but d’alerter, de choquer, et solliciter la solidarité des habitants. Nous oublions la plupart du temps qu’il a une vie après chaque indicateur de morbidité, nommé, et prendre en considération ces personnes victimes de la rue nous le rappellent.

Exemple 2. Autre exemple : « l’agence immobilière sociale » lancée en 2018 par le Secours Catholique qui fera certainement des émules.

Exemple 3. Ou, bien plus ambitieux, pourquoi ne pas imiter la Finlande avec son objectif de « Zéro SDF ! » comme l’explique ce reportage France 2 !

Exemple 4. Un SDF sauvé par un élan de générosité après avoir posté une petite annonce sur le bon coin :

Exemple 5. Des citoyens  accueillent des SDF chez eux et créent un village d’insertion et le 115 pour particuliers :

Les exemples de solidarités envers les plus démunis ne font pas forcément les manchettes des journaux mais existent et ont toujours existé. Beaucoup ouvrent leur porte aux sans-abris et certains vont même jusqu’à créer un centre d’hébergement provisoire ou une plateforme (voir vidéo ci-dessus) dénommé le « 115 du particulier » en permettant de mettre en relation des personnes pouvant offrir un hébergement provisoire à d’autres sans domicile fixe.

En 2017, 17 500 citoyens sont inscrits sur cette plateforme sur le territoire français. Cette initiative repose sur 3 grands axes : « l’aide aux sans-abris et aux plus démunis, l’assistance à personnes en danger et le partage » comme le précisent leurs créateurs.

Cependant, ils aiment à répéter que « la démarche de cette association n’a pas la prétention d’être « LA » réponse à toutes les brèches sociales, mais UNE réponse en constante évolution… entre la main qui a besoin et la main qui se tend ». Ils restent guidés par cette phrase de l’Abbé Pierre, un précurseur, qui guide notre volonté depuis la première heure :

Nous ne pouvons pas aider tout le monde, mais tout le monde peut aider quelqu’un…

Exemple 6.  Un ingénieur, Geoffroy de REYNALD, soucieux des conditions de vie des SDF, a mis au point petit abri baptisé « Iglou » isotherme permettant aux SDF de passer la nuit au chaud !

Cette innovation permet de garder la chaleur : à l’intérieur, la température peut monter à 15° (ou 20° si elle abrite un couple) pour une température extérieure qui n’excède pas 0° !) mais aussi de se couvrir lors d’intempéries en permettant en plus un peu d’intimité.

Un patron qui renonce à 4 millions € en offrant son entreprise à ses salariés !

Un patron d’une petite entreprise Nantaise s’est retrouvé devant un dilemme : comment céder sa boîte, ce qui a fait sa vie pendant des années et qui vaut cher des dizaines d’années après, sans risquer, une fois vendue, de voir son successeur procéder à de nombreux licenciements… C’est une question que cet employeur, qui a une fibre sociale très ancrée, s’est posé.

Il s’appelle Éric BELILE, il est désormais retraité et dirigeait « La Générale de bureautique » qui fabrique des imprimantes. Il a en fait décidé en 2017 de transmettre son entreprise directement à ses 40 salariés plutôt que de la vendre et d’encaisser quelques 4 millions d’euro de dividendes, sa valeur réelle au moment de la passation de pouvoir. Pourquoi ? Parce que ce patron généreux et soucieux du devenir de ses salariés ne pouvait pas imaginer que ces personnes puissent être licenciées. Il a donc décidé de former cinq de ses salariés pour le diriger afin qu’ils reprennent la suite de sa société après son départ à la retraite.

Cet homme au grand cœur nous donne là une extraordinaire leçon de vie…

Le Carillon : un réseau de commerçants créé pour soutenir et aider les SDF en journée :

On se demande souvent comment aider simplement et efficacement ces personnes défavorisées, sans-abris qui arrivent à être logées la nuit (parfois), mais qui errent le jour dans nos rues…
L’association « La cloche » s’est posée cette question et a su fédérer, au fil des années, quelques 542 commerçants solidaires (identifiables grâce à des pictogrammes qui sont affichés sur leur devanture et qui indiquent les différents services qu’ils offrent) qui se sont réunis dans un réseau dénommé Le Carillon et qui s’étend aujourd’hui à 8 grandes villes de France (Paris, Bordeaux, Toulouse, Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Strasbourg).
Ces personnes proposent des services gratuits (liste exhaustive ICI) à ceux qui en ont besoin et mettent à leur disposition des prises afin de recharger les téléphones ou encore des toilettes, des boissons, du café, des repas, de récupérer des invendus, des échantillons de cosmétiques, de réchauffer un plat… afin de satisfaire les besoins usuels de base et de favoriser les relations humaines.
De ce fait, cette organisation améliore les conditions de vie des SDF mais également développe le lien social, le partage et a solidarité pour que chaque personne ne se sente pas seule.