Échanger, produire des biens et services dans le respect de nos valeurs

Voici quelques exemples de productions de biens et services ou de propositions de changements dans notre façon d’aborder l’entreprise dans le respect d’une RSE :

  • un traiteur n’embauche que des réfugiés pour mélanger les saveurs et les savoir-faire !
  • travailler un jour par semaine dans une association tout en étant payé par votre entreprise grâce à la start-up « Vendredi »

Chez les « Cuistots migrateurs » on a embauché que des réfugiés pour mélanger les saveurs et les savoir-faire :

Voici le premier traiteur de cuisines au monde qui emploie des cuisiniers réfugiés provenant de Syrie, Iran, Tchétchénie, ! Les « Cuistots migrateurs » ont fait le pari de changer le regard sur les réfugiés en leur donnant la possibilité de partager leurs talents et de vous faire voyager avec leur cuisine !

Cette entreprise novatrice a été créée par Louis Jacquot et Sébastien Prunier en 2018 pour proposer une cuisine très originale car préparée par des spécialistes réfugiés issus des 4 coins du monde et heureux de proposer leurs talents. Voilà un bel exemple de création de liens entre les peuples où tout le monde est gagnant : l’entreprise, les réfugiés, les clients…

Travailler un jour par semaine dans une association tout en étant payé par votre entreprise grâce à la start-up « Vendredi » :

Si on faisait un sondage dans les entreprises (en France ou ailleurs…) sur la motivation des salariés au sein de leur structure, leur engagement, leur désir et épanouissement au travail, sans être devin, on constatera combien la très grande majorité des salariés ont du mal à trouver un sens à leur vie professionnelle, un réel engagement…

Et cela paraît normal en fait car notre épanouissement professionnel ne passera jamais par un job alimentaire mais plutôt par une activité où on mettra tous ses talents au service des autres, d’une cause qui nous tient vraiment à cœur car celle-ci n’intéressera pas seulement notre supérieur hiérarchique…

D’un autre côté, soyons réalistes, il est rare de pouvoir associer à la fois un travail rémunéré et notre violon d’Ingres, le désir de servir la société ou la passion qui nous fait sentir vivant, éveillé…

Il n’existe donc aucune solution pour pouvoir vivre sa passion tout en étant rémunéré ?

Et bien, si… elle s’appelle « vendredi » ! Non, rien à voir avec l’acolyte de Robinson Crusoé… mais bien avec une idée défendue par un certain Félix de Monts qui a créé une start-up du même nom. Mais de quoi s’agit-il ? Il s’agit de partager son temps, en fait un jour par semaine, le vendredi plus exactement (d’où le nom !) pour vivre une expérience qui va donner un peu plus de sens à notre vie (liste des offres sur leur site) tout en étant rémunéré par notre entreprise initiale dont on reste salarié !

Plus de 120 stagiaires sont bénéficiaires de cette offre et une soixantaine d’associations et une cinquantaine d’entreprises sont engagés pour cette démarche.

Les détails dans cette vidéo :

 

 

 

  • Les « SEL » : les systèmes d’échange Libre…
  • Hébergements solidaires : « La route des SEL »…
  • Liste des ressourceries pour recycler les biens sur le puy de dôme : La boutique à Puy-guillaume, je recyclepark, les mains ouvertes, Emmaus à Aubière…
  • Entreprises qui prennent en compte la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises)
  • L’investissement socialement responsable
  • SCOP, coopératives d’habitants…